News  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  









Partagez
 

 [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom

Aller en bas 
AuteurMessage
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 9 Juil 2007 - 16:54

Le truc où je suis la plus nulle :trouver des titres alors désolée mais vous inquiétez pas, je suis plus douée pour écrire.

Chap 1


« Tout n’est que misère. Le temps reflète tristement mon état d’esprit. Le vent fait danser mes cheveux bruns. D’épais nuages gris couvrent le sommet des montagnes et au loin, j’entends le grondement perpétuel de l’orage. Je ne devrais pas être ici, loin de la ville et sous la pluie mais peu importe. Si je suis en vacances, ce n’est pas pour rester enfermé mais pour profiter au moins un instant de la liberté. Pourtant aujourd’hui, la liberté a un goût bien amer.

Je erre sans fin dans la forêt. Son calme me rassure. Elle est comme une deuxième maison, elle m’accueille et me fait découvrir ses beautés. A la pensée que je suis sans doute le seul fou dehors par un temps pareil à des kilomètres à la ronde, je me permets de laisser aller mes larmes et ma rage trop contenue.

« Pourquoi ? » Ma voix résonne dans la forêt mais aucune réponse ne viendra. Je n’ai pas su retenir cette plainte, cette question qui contient toute les autres. Cette question pour laquelle j’aimerais tant qu’il existe une réponse.



J’ai laissé la forêt et le reste du monde derrière moi. Mes pas me mènent jusqu’au rocher, celui qui domine tous les autres. Les montagnes font figures de colline à côté de celle que je gravis sans vraiment m’en rendre compte. Le vide m’attire dangereusement, je m’assois sur le rebord tranchant qui m’arrache de profondes entailles aux mains mais ce ne sont que de bénignes égratignures en comparaison aux blessures de mon cœur. En face, les éclairs se rapprochent. Ils illuminent le paysage qui s’était assombri à la venue de la nuit. Les éclairs se donnent la réplique, les grondements se font plus puissants. Une odeur de terre mouillée et une fraîcheur inhabituelle règnent au cœur des barres montagneuses. Le ballet de feu ne parvient pas à retenir mon attention, les rugissements sonores me paraissent bien lointain, la pluie ne lave pas mes soucis. J’aimerais hurler ma solitude au monde entier comme un loup hurle à la lune. Mais qui m’entendra ?



Je sais que mes escapades en solitaire inquiètent ma famille, mais lui, j’aimerais qu’il voie ce qui me hante. Même s’il a depuis longtemps remarqué que quelque chose n’allait pas, je vois bien qu’il n’ose pas me le demander directement. Il n’y a que la musique qui me permette réellement de m’exprimer et de m’évader.



Même sous la pluie et l’orage, je me sens bien, enfin mieux. Mieux que dans ces espaces confinés, tellement confinés qu’un inconnu y entrant ne tarde pas à ressentir l’humeur qui s’y est concentrée et flotte finalement dans l’atmosphère. Ici, mes soucis rapetissent à vue d’œil pour finalement s’envoler dans l’univers. Je devrais dire, habituellement, car, pour une fois, la tristesse ne me quitte plus. Aucun remède, pas même le grand air. Si. Un remède, il en existe peut-être un. Mais je n’ose pas révéler mes sentiments. « Tom ! ... ». Même seul, au milieu des montagnes, les mots ne passent pas mes lèvres. Et ce vide qui m’attire toujours plus. Il suffirait de sauter, de me laisser mourir. Rien de plus facile.



Dans ces moments-là, je fais ce que j’ai toujours fait : chanter. Et les images habituelles me reviennent sans plus tarder, inévitablement. J’attends impatiemment le jour où mon corps ressuscitera. Non ! Ce n’est pas aujourd’hui que je me laisserais mourir, je ne peux pas les abandonner, Gustave, Georg et Tom. Tom !



La foudre a frappé une fois de plus, faisant s’embraser un être déjà mort. Je reviens sur mes pas et emmène avec moi cette dernière image qui veut tout et rien dire à la fois. J’emmène dans mon cœur ce sapin touché par les flammes du ciel. »
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 9 Juil 2007 - 17:15

Hop chap 2


« Cela faisait trop longtemps qu’on n’avait pas prit de vacances ensemble moi et ma famille, avec nos emplois du temps chargés. On a finalement pu se dégager deux semaines en Belgique.



La nuit n’est pas encore tombée mais les nuages assombrissent considérablement la terre. Les dernières gouttes de pluies se mêlent à mes larmes. Quelques passants traversent les rues rapidement pour rentrer chez eux. Je suis bientôt seul à arpenter les rues désertes de la ville. Je vois mon image se refléter sur la vitrine d’un magasin. Mon maquillage a coulé (il fallait s’y attendre). Ces gouttes noires me font penser à du sang. Je ne peux réprimer un froid sourire à cette pensée quand je pense qu’il y a peu, ceci aurait pu être bien plus qu’une simple comparaison. Mon regard se dirige vers le rocher où je me trouvais il y a moins d’une heure. Une ombre s’y dresse et retient mon attention. Il me semble qu’il s’agit d’un chien ou peut-être d’un loup, je ne saurais le dire mais j’ai l’étrange impression qu’il me regarde. Il hurle à la lune qui apparaît timidement derrière les nuages. On croirait que la nature vous envoie des clins d’œil par moment. Alors, à mon tour, je commence à chanter en empruntant le chemin du retour.



A peine ais-je ouvert la porte de l’appartement que ma mère me saute dans les bras, en larmes. C’est vrai que je suis parti depuis quelques heures mais je ne pensais pas l’inquiéter autant. Lorsque finalement elle desserre son étreinte, elle prend mon visage entre ses mains. « Bill mon chéri, si tu as des soucis tu sais que tu peux m’en parler. » Je lui souris et la serre dans mes bras. Je sais que je peux te faire confiance, maman, mais je ne crois pas que tu puisses m’aider sur ce coup-là. J’avais peut-être un peu exagéré cette fois, elle finira par s’imaginer des choses. J’aperçois Tom à l’encadrement de la porte. Il me regarde avec de grands yeux mais ne dit rien. Lui aussi paraît inquiet. »
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 9 Juil 2007 - 17:17

Et v'là le chap 3 (que j'aime bc perso)


Bill mais qu’est-ce qui t’es arrivé ? Tom ne pouvait plus se taire. Il décida d’aller lui parler mais si ça lui faisait mal. Il hésita un bref instant avant de frapper à la porte de sa chambre. « Oui ? ». Tom entra timidement. Bill était assis au rebord de la fenêtre et écrivait leur prochaine chanson. Il regarda son frère de ses grands yeux tristes où brillait habituellement une lueur malicieuse. Habituellement mais plus depuis quelques jours. Tom s’assit face à lui sur le rebord de la fenêtre ouverte près de laquelle s’écoulait l’épais rideau de pluie. « Bill, j’ai bien vu que tu n’allais pas bien mais j’avais peur de te faire mal en te demandant de te confier à moi. Mais je ne peux plus te voir comme ça. » Il prit ses mains dans les siennes. Elles étaient froides et détrempées. Mais qu’avait-il bien pu faire dehors sous la pluie ? « S’il te plaît, ne me laisse plus dans l’ombre, dit-il finalement d’une voix suppliante. » Bill détourna son regard vers le paysage obscur et fixa la lune trop bien cachée par les nuages. Peut-être que ce soir ne serait pas le soir où il se révélerait, peut-être que c’était encore trop tôt pour lui. « Je ne reconnais plus mon petit frère. Bill, rassure-moi. ». Bill daigna enfin le regarder mais ses yeux traduisaient une trop grande tristesse. Un seul homme pouvait-il en supporter autant en étant si seul ? Tom regrettait déjà de ne pas avoir été là plus tôt. Pourquoi avait-il tant attendu ? Quand il le voyait ainsi, rien ne pouvait lui faire plus de mal. Ce n’était plus le Bill enthousiaste qui avait toujours un sourire chaleureux pour tout le monde, le Bill un rien taquin et finalement si profond. Il était si pâle et grelottait encore. Quelqu’un de censé fermerait la fenêtre mais ce dont il avait besoin c’était d’espace et Tom le savait. Sinon, pourquoi serait-il sorti de l’appartement ? Bill lâcha un sanglot et soudain son corps parut si faible, dépourvu de force et d’énergie. « Oh, Bill... ». Tom n’en pouvait plus de le voir cet horrible tableau. Il prit l’être qui comptait le plus pour lui dans ses bras en espérant calmer la violence de ces blessures inconnues. Il sentit les mains de son frère s’agripper à son tee-shirt alors qu’il déversait toutes les larmes de son corps. Tom déposa un doux baiser sur ses cheveux mouillés qui sentait la noix de coco. Ils restèrent longtemps ainsi en silence, au rebord de la fenêtre et sous la pluie, Tom rassurant son jumeau par sa présence et Bill, le cœur déchiré par son amour pour son frère et par cette peur indescriptible qui l’habitait et avait failli lui faire commettre la plus grosse erreur de sa vie il y a quelques heures.



Au-dehors, le loup poussa son ultime hurlement et, à travers le tumulte de l’averse, Tom crut entendre son frère murmurer ces quelques mots : « Sauve-moi Tom, viens et sauve-moi. » Le dernier éclair déchira le ciel mais le grondement qui devait l’accompagner ne se fit pas entendre. La colère céleste était passée, ne laissant derrière elle que les sanglots dévastateurs d’une trop grande peur. D’une peur infondée.
Revenir en haut Aller en bas
jvm

jvm

Féminin
Messages : 522
Points : 0
Date d'inscription : 06/02/2007

Âge : 24
Localisation : Alone in this world

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 9 Juil 2007 - 17:21

j'aime bcp :coeur:
Mais sa fait un peu gros à lire, alors tu devrais faire des paragraphes, et séparer les dialogues du texte Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://rettemichth.realbb.net
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMer 11 Juil 2007 - 7:58

ok, merci alors d'avoir pris le temps de lire, je vais essayer de faire des paragraphes.


Non, Tom ne pouvait pas l’aimer comme il l’aimait. Il s’agissait de son frère ! C’est sur cette certitude que se réveilla Bill le lendemain matin. Une fois de plus, une larme perla à ses yeux avant de venir mourir sur sa joue.



Les volets filtraient les rayons du soleil qui dessinaient de fines rayures sur les murs de sa chambre. Il ouvrit son placard et saisit les feuilles et le stylo qu’il avait délaissé la veille avant de s’installer en tailleurs sur son lit. Il relu les esquisses de phrases mais son esprit se mit à vagabonder ailleurs malgré lui. Vers un autre monde bien différent de celui-là. Un monde où l’amour entre Tom et lui était possible. Le plus beau monde qui soit. Et puis, son esprit s’aventura vers ses récents rêves qu’il aurait préféré oublier.



Bill rangea le matériel, ce n’était pas maintenant que viendrait l’inspiration. Alors qu’il se dirigeait vers la salle de bain, celui-ci vit un mot sur la commode à l’entrée de sa chambre. Il reconnut l’écriture de son jumeau et saisit sans plus attendre le bout de papier. « Bill, quand tu seras prêt, viens me parler de ce qui te hante. Ta douleur me fait trop mal. N’hésite pas à te confier, quelque soit le lieu ou le moment. Je t’aime. Tom. » Bill relu encore et encore le mot de son frère. Il le rendait à la fois heureux et malheureux. Ce « Je t’aime », il l’attendait tant mais, Bill le savait, c’était un « Je t’aime » fraternel, rien de plus. Il aurait pu se dire que ce mot ne faisait que retourné le couteau dans la plaie, mais ce serait se mentir car en réalité, c’était bien plus compliqué. L’attention que lui portait son frère était comme un baume sur ses blessures et dans ses yeux, s’allumaient une lueur d’espoir qu’il aurait aimé pouvoir étouffer. Au fond de lui, Bill savait qu’il ne devait rien espérer. Il savait qu’il se faisait du mal, mais il était plus facile, sur le moment de se laisser bercer par les illusions, aussi fragiles soient-elles. C’était plus facile certes, mais cela le rendait plus malheureux encore. Ne pouvant plus supporter ces sentiments, Bill se glissa sous la douche en espérant que l’eau les emmènerait avec elle dans les canalisations.



Au petit déjeuner, les jumeaux se retrouvèrent seuls en tête à tête et décidèrent de manger sur la terrasse. Ni l’un ni l’autre ne parla de tout le repas. Tom était mal à l’aise, très mal à l’aise. La veille, il avait fait une découverte qui l’avait d’abord effrayé et ensuite, il ne savait pas encore. Une découverte qui avait tout changé pour lui et qui changerait peut-être tout dans sa relation avec son jumeau préféré. La veille, il l’avait réconforté car il ne supportait pas de le voir dans un état pareil. Mais lorsqu’il avait écrit le mot, le doute n’avait plus été possible. Il aimait Bill mais peut-être pas de la manière qu’il devrait.



En repensant au mot qu’il lui avait laissé, son cœur se serra. Bill l’avait-il vu ? Et que pensait-il de ces trois mots sur lesquels il avait tant hésité ? Ce « Je t’aime ». Bien sûr, ils étaient frères et dire cela paraissait normal. C’est d’ailleurs ce que devait penser Bill. Mais d’un autre côté, si la confusion n’avait pas été possible, aurait-il eut le courage de lui avouer ?



Tom débarrassa son bol et laissa Bill essayer d’avaler quelque chose. Arrivé dans la cuisine, il voulut ouvrir les volets mais retint finalement son geste. Rester dans l’ombre, en cet instant, était plus facile que de permettre à tous de voir dans quel état d’esprit il se trouvait. Déjà que Bill n’était pas bien, si lui aussi s’y mettait ça n’allait pas le faire pour ce qui était censé être des vacances.



Recherchant maintenant l’obscurité, il se laissa glisser contre le mur et tenta de mettre de l’ordre dans ses pensées. Il pensa à Bill et à leur moment d’intimité au rebord de la fenêtre. Puis, sans crier gare, une étrange pensée s’imposa à son esprit : Léa. Comment ne pas être plus perturbé encore ? Parfois, Tom tirait des conclusions hâtives de chaque indice qui lui permettrait éventuellement d’expliquer ses sentiments. Cette furtive pensée n’était que le fruit d’un mélange hasardeux d’ingrédients diverses qui ne signifiait absolument rien, mais Tom, comme à son habitude, le vit sous un autre angle. Penser à Léa dans un moment aussi improbable ne pouvait être qu’un signe. En voulant s’éviter des souffrances inutiles, Tom se faisait encore plus mal, comme à son habitude.


Bon ben voilà, j'ai essayé de faire des paragraphes, dites moi ce que vous en penser, merci
Revenir en haut Aller en bas
jvm

jvm

Féminin
Messages : 522
Points : 0
Date d'inscription : 06/02/2007

Âge : 24
Localisation : Alone in this world

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMer 11 Juil 2007 - 12:01

C'est mieux à lire je trouve ^^
Sinon j'adore comme tu écris, c'est super ^^
la suite? =D
Revenir en haut Aller en bas
http://rettemichth.realbb.net
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMer 11 Juil 2007 - 12:25

Oui oui la suite va bientôt arriver mais là je suis un peu overbookée dsl, en tout cas merci pour tes critiques
Revenir en haut Aller en bas
love-kaulitz

love-kaulitz

Féminin
Messages : 760
Points : 1
Date d'inscription : 30/04/2007

Âge : 23
Localisation : TAGGLE

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMer 11 Juil 2007 - 19:31

Oui j'aime
YarkYarkYark a dit :
Citation :
ses cheveux mouillés qui sentait la noix de coco
=D j'adore le détail H-S =D expldr
Sinon j;adore aussi comment tu ecrit
Revenir en haut Aller en bas
http://www.neverxbee.skyblog.com
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyJeu 12 Juil 2007 - 17:22

Merci à vous pour vos critiques, merci déjà d'être venu lire une fic avec un nom bizarre mais je voyais vraiment pas comment l'appelé, enfin... v'là la suite





Léa était la fille de l’étage du dessous que Tom avait rencontré le jour de leur arrivée. Loin d’être vilaine, ses longs cheveux bruns en faisaient pâlir plus d’un dans son quartier et pour ne rien gâcher, ses grands avaient la couleur émeraude des collines sauvages de l’Irlande. Pourtant, ce n’était pas son physique de rêve qui avait séduit Tom, mais cet air innocent et toujours surpris qui l’habitait ponctué d’une touche de maladresse naturelle. Léa était vraiment une personne à part qui accumulait les tuiles jour après jour. Mais elle avait peu à peu apprit à positiver et aujourd’hui, si en sortant de l’ascenseur elle renversait son café sur un « super beau mec allemand » qui passait ses vacances dans le coin, elle trouvait toujours quelque chose à improviser pour faire tourner la catastrophe en chance inespérée. Eh oui les filles, c’était ainsi qu’elle avait rencontré une des stars de Tokio Hotel. Léa se serait empressée de confier cette rencontre incroyable à sa meilleur amie si son portable n’était pas tomber malencontreusement dans le bac d’eau chaude pour la vaisselle le soir même et, si le numéro n’avait pas été uniquement enregistré dans les contacts du portable noyé. Oui parce que Léa n’était pas seulement une grande maladroite, elle était aussi, comme le disait son père « pas organisée pour deux sous ». En résumé, la fille de l’étage du dessous était loin d’être quelqu’un d’ordinaire et c’était peut-être pour cette raison qu’elle avait perturbé Tom au point qu’il finisse par croire qu’il en était tombé amoureux.



Ce jour-là, les Kaulitz étaient partis à l’aventure dans les montagnes Alpines. Le soleil avait été au rendez-vous et avait calmé les pulsions de Bill jusqu’à ce qu’ils atteignent un lac où les parents avaient décidé d’y passer l’après-midi à bronzer. Les jumeaux, malgré la fraîcheur saisissante de ses eaux, avaient voulu s’y baigner.



Bill était désormais assis à la table de la cuisine de l’appartement et avait mit la radio. C’était toujours en musique que lui venait l’inspiration, mais cette fois, elle n’était pas au rendez-vous. Il faisait tourner son stylo dans un geste devenu mécanique et repensait aux bons moments qu’il avait passé dans ce lac avec Tom.



Son regard était fixé dans le vide alors qu’il revoyait, rêveur, ce torse bronzé sur lequel des milliers de gouttelettes scintillaient comme des étoiles. Il n’en fallu pas plus à Bill pour dériver sur ce désir ardent d’évasion et de liberté. Plus que tout, il voulait s’envoler vers les étoiles et fuir les problèmes. « Je veux quitter ce monde rien qu’un instant, pouvoir enfin déployer les ailes de mon cœur. Je cherche sans fin un océan pour me dessécher et un désert pour m’y noyer... ». Et c’est sur cette note quelque peu lugubre, que le chanteur de Tokio Hotel étendit sa souffrance.



Tom cherchait un DVD à emprunter et sursauta lorsque la porte du magasin s’ouvrit à la volée. La jeune fille qui entra alors murmura un « pardon » tout confus avant de se diriger vers le rayon CD. A sa grande surprise, Tom reconnut Léa et ne put réprimer un sourire. Elle avait les cheveux en bataille comme si elle venait de se réveiller et portait un vieux survêtement, mais, étrangement, bien qu’il ne laissait rien voir de ses formes, il soulignait la finesse des traits de son visage. Même totalement maladroite et présentée de la façon la plus négligée possible, elle ne perdait rien de sa féminité.



Léa tenait à la main un CD sur des musiques zen et allait se rendre à la caisse lorsqu’elle aperçut un album qui retint son attention. Après un bref instant d’hésitation, elle s’en saisit vivement et il ne manqua pas de lui échapper des mains lorsqu’en se retournant, elle vit dressé face à elle, un jeune homme blond paré d’un sourire malicieux au coin des lèvres. Un sourire qui ferait craquer n’importe qu’elle jeune demoiselle.



Tom ramassa l’album dont le boîtier s’était fendu en tombant et le lui tendit. « Tiens ? Zimmer 483 ? ». Il haussa un sourcil et ne put s’empêcher de sourire face à l’air béat de la jeune fille. « Euh, oui, bafouilla-t-elle maladroitement en haussant les épaules d’un air innocent avant de reprendre ce qui lui revenait. »



Tom était peut-être en vacances, mais son succès lui, opérait toujours. Mais fallait-il vraiment que les fans choisissent ce moment précis pour faire leur apparition ? Elles n’étaient qu’un petit groupe de copines en vadrouille mais il n’en fallait pas plus pour faire s’éloigner Léa, gênée. Tom leur signa quelques autographes accompagnés d’un petit mot et d’un sourire puis se lança à la poursuite de sa nouvelle amie qui venait de sortir du magasin.

« – Il faut que je te rembourse, lui dit-il une fois rendu à sa hauteur comme pour expliquer sa présence.

Pourquoi ? Oh, pour le boîtier ? Non ça fait rien, c’est pas grave, c’est juste un boîtier.

Oui mais ce n’est pas n’importe qu’elle boîtier, il contient un CD qu’il serait vraiment dommage d’abîmer, non ? »

Tom ne savait pas ce qu’il ressentait exactement pour cette fille mais il décida quand même de se lancer. « Et si en dédommagement je te paye un verre un de ces jours ? Si t’as rien de prévu ce soir, par exemple, je t’invite et après, je sais pas, on peut se faire un billard ou un truc dans le genre. » Léa ne se donna même pas la peine de cacher sa surprise. Un sourire fendit son visage puis elle hocha finalement la tête avec empressement.

« – OK, ouai. Ce serait super.

Alors ce soir, 20h30 ?

Euh, oui. Oui 20h30 c’est bien, y a pas de soucis. Bon écoute, faut vraiment que j’y aille là, mon père m’attend, alors à ce soir.

Ouai à ce soir. »



Tom vit Léa disparaître au coin de la rue et soudain un énorme doute l’envahit. Pendant un instant, il avait eut l’impression que quelqu’un d’autre avait prit possession de son corps et prononcer ces paroles à sa place. Il avait eut l’impression d’assister à la scène et non d’en être l’acteur, et là, c’était comme s’il se réveillait. Il pensa à Bill, à ce qu’il venait de faire et tout se mélangea dans son esprit. Tout n’était plus que confusion.
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 16 Juil 2007 - 18:52

Bill était plongé dans une transe maladive. L’inspiration que lui offrait la seule pensée de Tom faisait des ravages chez lui. Depuis maintenant trois heures, il écrivait. Le niveau du paquet de feuilles vierges diminuait à une vitesse fulgurante. Bill avait besoin d’écrire, de laisser s’échapper ses sentiments pour qu’ils se transforment en mots. Il fallait évacué au moins une partie de ce trop plein d’amour ou il allait exploser. Mais plus il écrivait ce qu’il ressentait, plus il l’aimait. Au bout d’un long moment, ce ne fut plus supportable, s’il n’était pas avec lui dans la minute qui suivait, il disjoncterait. Il allait lui dire ce qu’il éprouvait pour lui, peut-être au risque de le perdre, mais il n’avait plus le choix, il l’aimait trop. Il se leva d’un air décidé, puis se rendit dans le couloir. Malheureusement pour Bill, il avait prit sa décision un peu tard. Malheureusement pour Bill, il était 20h45.





Tom était allé sonné à la porte de chez Léa et pour une fois, il était à l’heure : 20h30 tapante. « Vas-y entre, je suis bientôt prête. » Ben oui, Tom était à l’heure mais pas notre chère Léa, connue par son organisation inégalable. On ne change pas les filles. L’appartement était modeste mais chaleureux. Léa vivait seule avec son père et il flottait une douce note de complicité. Une douce note qui se traduisait par des boîtes de pizzas superposés, des poster accrochés un peu partout mélangeant groupe de rock et grosses cylindrées et des témoignages de la maladresse légendaire de la jeune fille qui avait transformé d’horribles souvenirs de famille en objets très design, très tendance, très cool quoi.

Tom s’assit sur le canapé et commença à feuilleter un magazine mais Léa apparue à l’encadrement de la porte. Elle était très belle, comme d’habitude, mais aussi très naturelle, ce qui rassura Tom qui était venu avec ses fringues habituelles. En même temps, il ne s’agissait que de prendre un verre déguisé par le bête prétexte d’un dédommagement. Ils sortaient dans le couloir lorsque Tom se rendit compte qu’il avait oublié son portable.

« – Euh, ça te dérange pas qu’on passe par mon appart’ ?

Non. »

Ils prirent l’ascenseur qui était vide et l’anecdote rappela à Tom une séquence d’un film. Léa était à ses côtés, rayonnante. Lorsqu’elle s’aperçut qu’il le fixait, elle lui adressa un sourire gêné. « Léa... ». Tom était perdu et se demandait si c’était cela l’amour, le vrai. Leurs lèvres étaient désormais si proches...





Bill était perdu dans ses pensées. Il élaborait toutes les situations possibles et imaginables mais il dériva bien vite sur du n’importe quoi qu’il trouvait lui-même un peu trop « gnan-gnan » pour être romantique. Mais malgré cela, il ne pouvait s’empêcher de sourire en pensant aux scènes mielleusement américaines qu’il imaginait. Comme il se dirigeait vers l’ascenseur, il se vit avec Tom et que, comme de par hasard, l’ascenseur tombait en panne. Imaginez la suite. Tom Sawyer le Sauveur (ah m*rde c’est pas celui-là) et tout les clichés américains, des films américains sauf qu’aux Etats-Unis, il s’agit bien souvent d’un mec et d’une nana, sinon c’est politiquement incorrect. Mais nous ne sommes pas aux Etats-Unis les filles, alors y a pas de soucis. Mais lorsque la porte de l’ascenseur s’ouvrit, le sourire qui fendait le visage de Bill à ce moment-là, se figea sous la torture de la révélation. Tom dans les bras de Léa, Léa dans les bras de Tom, et ils s’embrassaient.





Tom comprit à ce moment-là que Léa ne provoquait en lui aucune émotion. L’image de Bill était omniprésente. Il le regardait d’un air étrange. Tom se retira vite des bras de Léa. Bill était là, vraiment là, ce n’était pas son imagination. Son frère s’en alla en courant en direction des escaliers. « Bill. ». Trop tard pour Tom, il était déjà partit.





« Je courre en direction des escaliers déserts. Les murs ont perdu leur couleur riante, ils sont gris, ternes. La porte de métal de la cage d’escalier claque derrière moi en un bruit sourd qui résonne sur les murs. Ma vue se trouble. Des larmes coulent le long de mes joues comme des gouttes de sang. Devant moi, la porte de la liberté, je courre pour l’atteindre, la pousse... et laisse sortir toute ma rage. Je donne un coup de pied dans une poubelle qui se trouve juste devant moi. Quelques passants me fixent d’un air louche et je leur crache des insultes à la figure pour qu’ils me laissent tranquille. Je commence à courir et fuis l’animation des bars. Je laisse la lumière des réverbères derrière moi et me fond dans les bras obscurs de la nuit. « Pourquoi ? ». A nouveau cette question, à nouveau trop de larmes envoyées par un cœur déchiré. Je ne veux plus les retenir. Je laisse les passants me pointer du doigt comme si pour eux je n’étais qu’un animal du zoo, un lion en cage. Peu importe, je me fous d’eux. Je me fous qu’il fasse froid. Un cri déchire la nuit. Tiens, c’est le mien. J’ai du me déconnecter de mon corps. La douleur était trop forte. Je revois soudain le rocher, mes mains écorchées et le vide qui m’attire. Je sens une douleur dans mes genoux, je me suis laissé tomber sur le bitume de la route mouillée sans même m’en rendre compte. Une lumière m’éblouit, j’entends un coup de klaxon. Je revois ce vide... »





« – Tom, bon sang, mais qu’est-ce que t’attends pour le rattraper ?

Quoi ? »

La voix de Léa me fait redescendre immédiatement sur Terre. Ses yeux traduisent une immense peur. Je la vois soudain comme une amie et cette révélation éclaire le « mystère Léa ». « Il a plus besoin de toi que moi. Rattrape-le avant qu’il ne fasse une bêtise. » Cet ordre clairement formulé ne demandait qu’à être suivit. Sans plus attendre, je me lance à la poursuite de Bill qui a déjà emprunté les escaliers. »





« Pourquoi ? ». La douleur de Bill me transperce le cœur. Comment ais-je pu être aussi idiot ? Pourquoi ais-je fais ça ? Je le vois enfin, Bill est agenouillé sur la route et son corps est secoué de violents sanglots. Je l’entends, chacune de ses plaintes est une torture, c’est moi qui lui inflige ça ? Bill, tu ne dois pas rester au milieu de la route, tu.... « Non ! Biiill ».





Tuuuuut (super original avouez)

Je vois les phares d’une voiture. « Non ! Biiill ! ». Cette voix... Tom ?
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 16 Juil 2007 - 18:53

Lorsque Bill se réveilla à l’hôpital le lendemain soir, ce n’était pas Tom qui était à son chevet mais Léa. Il s’apprêtait à lui lancer un « Qu’est-ce tu fous-là ? » avec une colère froide bien dosée mais lorsqu’elle sauta dans ses bras en criant « Bill », bizarrement, il n’eut pas le courage de l’invectiver.

« – Tu nous a trop fait peur, tu sais ?

De quoi ? »

Bill ne voyait pas où elle voulait en venir, son esprit était encore resté sur le baiser de Tom et Léa. « Tu t’es fait renverser par une voiture Bill !! T’as faillis y passer !!! ». Peu à peu, il se rappela ce qui s’était passé. Il revoyait les murs tristes, les escaliers, la porte qui claque et l’obscurité. Il revoyait la scène dans ses moindre détails comme s’il la revivait, jusqu’au fameux coup de klaxon. « Bill, ça va aller ? ». Léa le fixait d’un air inquiet puis Bill retrouva soudainement la parole. « Où est Tom ? »





Flash back

Bill était étendu sur la route à la lumière des phares de la voiture. La conductrice était au bord de la panique, jamais elle ne se serait imaginée confrontée à une telle situation. Elle qui respectait toujours les limitations de vitesse et se méfiait de tout en toute circonstance. Non, la conductrice n’avait rien à se reprocher mais sur le moment, stressée comme elle était, il ne lui en fallait pas plus perdre tout son sang froid. Heureusement pour elle, quelqu’un lui avait évité de commettre l’irréparable et s’était occupé de tout à sa place. C’était un adolescent mais cette nuit-là, il avait agit avec trop d’efficacité et de professionnalisme pour n’être vu que sous cet angle. C’était un adolescent qui allait peut-être perdre la personne qui comptait le plus pour lui, mais jusqu’au bout, il était resté concentré alors qu’elle, l’adulte responsable qui n’avait aucun lien avec ce jeune homme qu’elle avait renversé, avait faillit commettre toutes les erreurs à ne pas faire. Eh oui, heureusement pour elle, cette nuit-là, l’amour de Tom pour son jumeau lui avait rendu un immense service, celui de ne pas avoir à culpabiliser le restant de ses jours sur la vie perdue d’un adolescent à l’aube de sa vie, ou presque.



Tom aurait voulu courir vers son frère, le prendre dans ses bras, lui supplier de rester avec lui mais il savait que ce n’était pas ce qu’il fallait faire pour le sauver. Il surmonta ses envies alors qu’un deuxième Tom émergeait en lui. Aucune erreur ne lui était permise. Il se vit maîtriser la situation comme si ce n’était pas lui qui agissait, comme dans un état second face à la menace qui pesait sur lui. « Non, il ne faut surtout pas le changer de position, cria-t-il d’une voix ferme à la conductrice qui d’instinct, s’était précipitée vers la victime pour voir si elle allait bien. » Tom s’était souvenu d’une anecdote qu’on lui avait racontée. L’oncle de la nièce de sa mère, bref quelqu’un de la famille dont il ignorait l’existence, était un jour tombé de son cerisier et était resté inconscient. Lorsqu’il était sorti de l’hôpital, il était en fauteuil roulant, paralysé à vie. Et tout cela, parce que sa femme l’avait prise dans ses bras dans sa crainte de le perdre lorsqu’elle l’avait vu tombé de l’échelle.

Tom fouilla dans ses poches à la recherche du portable mais se souvint l’avoir laissé à l’appartement. Léa arrivait en courant, essoufflée et à la fois totalement paniquée par ce qu’il se passait. La conductrice n’avait pas de téléphone et Léa se souvenait bien où le sien avait fini lamentablement, quelques jours plus tôt. Habituée à confronter toutes sortes de situations étranges, elle improvisa à sa manière qui pour une fois était une réaction normale. Elle couru au bar le plus proche et expliqua brièvement la situation (« ...accident... besoin du téléphone... siouplait... ») pour obtenir un coup de fil (remarquez comme il n’y a jamais de cabine téléphonique quand on en a besoin).

Les secours arrivèrent très vite. Tom, Léa et la conductrice qui n’arrivait pas à aligner deux mots sans qu’il y ait un « Oh mon dieu » ou un « c’est pas vrai » montèrent dans l’ambulance pour rejoindre l’hôpital avec Bill toujours inconscient. « Tu as assuré Tom, mais maintenant, il est en de bonnes mains alors tu as le droit de relâcher la pression. » Léa ne se faisait pas d’illusion, Bill comptait bien plus pour Tom qu’elle ne comptait pour lui, et pas uniquement parce qu’il s’agissait de son frère. Il ne lui avait pas fallut dix ans pour comprendre que ce baiser n’était pas vraiment voulu, qu’il avait plutôt été un moyen à Tom de se prouver que celui qu’il aimait plus que tout au monde, c’était Bill. Il ne lui avait pas fallut dix ans pour comprendre qu’entre Tom et elle il ne pouvait y avoir que de l’amitié et rien d’autre. Mais pour elle aussi cela lui convenait très bien. En fait elle n’était pas amoureuse de lui. Mais c’est parfois ce qu’on croit quand on rencontre une des stars de Tokio Hotel.



Les paroles de Léa le rassurèrent et pour cela, pour sa présence à ses côtés alors que Bill était dans le coma, il la prit dans ses bras en toute amitié. Tom savait que Léa avait comprit. Dès le premier jour, il avait vu en elle quelqu’un de bien. Tous deux s’étaient trompés sur leurs sentiments l’un envers l’autre mais maintenant ils savaient où ils en étaient. Ce n’était pas de l’amour qui les liait, mais une amitié très forte qui parfois, peut créer une relation bien plus profonde. Ils venaient de le découvrir à l’instant même, chacun d’entre eux efficace dans sa mission de secourisme et même avant, lorsque Léa avait ordonné à Tom de poursuivre son frère. C’est bien souvent dans les situations extrêmes qu’on découvre la vraie nature des gens. Habituellement, elle n’est pas belle à voir, mais pour Léa comme pour Tom, leurs vraies nature s’étaient révélées admirables.
Revenir en haut Aller en bas
leitizia
Modératrice des fics
leitizia

Féminin
Messages : 3957
Points : 210
Date d'inscription : 20/02/2007

Âge : 26
Localisation : Dans un petit village nomé Tokiohotel-live.com ...

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyLun 16 Juil 2007 - 19:29

J'ai pas encore lu, se qui compte aussi dans une fic et l'apparence, je ne sais pas si elle et bien ou pas ta fic, mais rien que de voir toute cette écriture, sans trop de mis en forme, désolé mais, sa me fait déprimé... Sa a l'air intérréssant, et tu devrais attendre que plus de monde te réclame la suite peut-ètre, sa te surchargera moins (sauf si tu as déja tout écrit...). Des que j'orai asser de temps et de courage, je continurai a lire au delà du chap1. Mais sinon, tu peu ten moqué de se que je vien de te dire, et c'est pas une critique, t'en fait pas! Very Happy et aussi, je la liré...
Revenir en haut Aller en bas
http://totalfiction.discutforum.com/
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMar 17 Juil 2007 - 12:55

C'est p'têt pas une critique mais j'aime bien qu'on fasse un tour sur ma fic alors merci déjà, même si t'as pas encore lu, on m'a déjà dit que ça paraissait long à lire, j'essaie de faire des paragraphes mais parfois je peux vraiment pas couper. Et si pour certaines fics la forme est mieux, c'est pas forcément plus facile à lire car côté écriture c'est pas fluide (je dis pas que moi c'est super fluide mais je crois que ça va). Je vise personne en particulier, ça a rien à voir avec les fics d'ici ou d'ailleurs, c'est juste qu'il y a toujours pire et toujours mieux. Mais prend un peu de temps et tu te laisseras emporter dans cet amour plus que fraternel entre nos deux jeunes stars.
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMar 17 Juil 2007 - 17:48

je crois que t'as raison je vais attendre un peu avant de mettre la suite. Je suis allée voir ta fic mais je n'ai lu que le début et là j'ai pas trop le temps donc je reviendrai plus tard y mettre des coms (et la lire aussi ce serait bien).
Revenir en haut Aller en bas
*Sarah*
Traductrice
*Sarah*

Féminin
Messages : 3377
Points : 0
Date d'inscription : 03/04/2007

Âge : 31
Localisation : 'Rosa Stadt'

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMar 17 Juil 2007 - 18:51

J'n'ai pas lu mais le mot yaoi m'a interpellé! (j'ai fait un topic ds blabla mdr)
C'est quel couple? Du twincest?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fanfiction.net/u/945928/
celine kaulitz

celine kaulitz

Féminin
Messages : 484
Points : 0
Date d'inscription : 23/03/2007

Âge : 24
Localisation : Dans une poche de jean a Bill...

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMar 17 Juil 2007 - 20:53

Jvien de lire et jadore ^^!
Suite
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMer 18 Juil 2007 - 15:57

*Sarah* a écrit:
J'n'ai pas lu mais le mot yaoi m'a interpellé! (j'ai fait un topic ds blabla mdr)
C'est quel couple? Du twincest?

Oui du twincest, enfin tu verras bien, c'est déjà sympa de passer sur ma fic, en espérant que tu la lise et que ça te plaise.
Revenir en haut Aller en bas
Yarkyarkyark



Féminin
Messages : 19
Points : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

Âge : 28

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyMar 24 Juil 2007 - 19:37

Hop hop hop je mets la suite


« Où est Tom ? »

Léa mit un certain temps avant de répondre. Elle se frottait les doigts en un geste d’anxiété.

« – Tu as failli y passer et Tom a du...

Quoi ? »

Bill sentit son cœur tomber dans sa poitrine et le regard de Léa n’arrangeait rien. Il se rendit compte qu’elle avait les yeux rouges, Léa avait pleuré. Mais pourquoi ? Que s’était-il passé ?

Léa déglutit avec difficulté. « Tom t’as fait don d’un rein pour que tu puisses t’en sortir. L’opération était risquée mais ne t’inquiètes pas il va bien. » Léa reprit sa respiration, elle avait débité ces phrases d’une traite comme si, dites plus rapidement, la révélation serait moins douloureuse. Bill s’était redressé sur son lit et ne bougeait plus, il fixait le vide avec des yeux effrayés. A ce moment-là, une infirmière entra dans la chambre et demanda à Léa de partir pour le laisser se reposer. Mais Bill voulait en savoir plus, il retint Léa qui s’en allait. « Attends, Léa. » Celle-ci se retourna, un peu surprise, et jeta un œil à l’infirmière qui semblait d’accord pour prolonger un peu la visite.

« – Je voudrais m’excuser pour ma réaction, je sais pas ce qui m’a prit....

Moi je sais ce qui t’a prit, le coupa-t-elle. »

Bill la regardait en fronçant légèrement les sourcils. « Bill, j’ai bien vu qu’entre toi et Tom il y a bien plus qu’un lien fraternel. Je ne veux pas être une barrière entre vous car je vous aime beaucoup tous les deux et... ». Léa s’arrêta comme si elle se rendait compte que ce qu’elle disait n’était que secondaire. « Bill, Tom t’aime. »



« Je sens le regard de Léa fixé sur moi.

« – Mais je croyais que... entre toi et Tom...

Non Bill. Tom t’a toujours aimé toi et toi seul, mais il ne voulait pas se l’avouer... [Si elle savait à quel point ses paroles me rassurent] il avait peur. Peur que...

...je ne l’aime pas en retour, peur de ma réaction, peur de ...

... te perdre, acheva-t-elle. »

Cette peur, je la connais que trop bien. « Arrêtez de vous torturer, vous vous aimer tous les deux alors ne refoulez pas ces sentiments. »

C’est étrange, bien que Léa m’assure que Tom m’aime, il y a quand même quelque chose qui ne va pas. Léa est une fille bien finalement et ça me fait de la peine pour elle. « Mais et toi ? Enfin tu aimes Tom, non ? ». Elle m’adresse un sourire et sans que je comprenne pourquoi, me serre dans ses bras. « Tom avait raison, tu es vraiment quelqu’un de formidable et d’unique. Tu penserais presque aux autres avant toi-même, me dit-elle en riant. » Comment avais-je pu être aussi aveugle et me tromper autant sur son compte ? Mais quel boulet !

« – Léa, je suis trop désolé.

De quoi ?

De pas avoir vu plus tôt qui tu es réellement. »

Léa ne releva pas ce qu’avait dit Bill, cela lui faisait tout simplement chaud au cœur et il n’y avait pas de mot pour décrire le lien qui venait de se créer entre eux, à l’instant même. Ils ne pouvaient être que des frères pour être tous les deux aussi exceptionnels.
Revenir en haut Aller en bas
Billychounet'483

Billychounet'483

Féminin
Messages : 72
Points : 0
Date d'inscription : 18/12/2007

Âge : 24
Localisation : Dans les bras de bill (si tu me crois pas ta cas lui demander).

[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom EmptyVen 4 Jan 2008 - 8:55

New lectrice

j'adore ta fic!!!!
IL n'y a pas de mot pour décrire comment je la trouve.
peut-être: Génial,FANTASTIQUE, Super,SUPER GENIAL FANTASTIQUEMENT GENIAL!!!!
le dernier mot est le plus impropriée.
ok,j'adore grave.
et un seule mot me viens en bouche:
LA SUITE!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty
MessageSujet: Re: [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom   [Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fanfic yaoi] La fanfic qui n'avait pas encore de nom
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Fanfic en cour ]Fanfiction =)
» [Fanfic] Un été passionnée/Passage au vrai monde
» [Fanfic] Boston City
» [Story] Dors petite gaëlle...
» [FanFic en cours] Stich ins Glück...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TokioHotel-Live.com :: Archives :: Archives :: Archives des Fanfictions :: FanFictions 2006>2008-
Sauter vers: