News  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  









Partagez
 

 [scan DE 2014] L'Officiel Hommes

Aller en bas 
AuteurMessage
axia

axia

Féminin
Messages : 12119
Points : 20585
Date d'inscription : 11/02/2010

Âge : 38
Localisation : en haut à droite; près de leur pays ou bien à Perversland

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptyVen 5 Déc 2014 - 18:08

Scans de Bine
[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Th_LOfficielHomme1[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Th_LOfficielHomme2[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Th_LOfficielHomme3
[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Th_LOfficielHomme4[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Th_LOfficielHomme5[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Th_LOfficielHomme6

trad + bas


Dernière édition par axia le Mar 17 Fév 2015 - 13:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nétoiile

Nétoiile

Féminin
Messages : 21563
Points : 26000
Date d'inscription : 10/04/2010

Âge : 24
Localisation : Nice

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptySam 6 Déc 2014 - 17:08

Trois choses à propos du photoshoot : Tom :bave: - Bill est devenu laid :doute: - la photo avec le carton fut l'un de mes meilleurs fou rires :rire2:
Revenir en haut Aller en bas
Th-483-31

Th-483-31

Féminin
Messages : 76
Points : 202
Date d'inscription : 08/11/2014

Âge : 23
Localisation : Toulouse

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptySam 6 Déc 2014 - 18:17

Nétoiile a écrit:
Tom :bave:

Mais carrément d'accord avec toi :=):
Revenir en haut Aller en bas
axia

axia

Féminin
Messages : 12119
Points : 20585
Date d'inscription : 11/02/2010

Âge : 38
Localisation : en haut à droite; près de leur pays ou bien à Perversland

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptyDim 7 Déc 2014 - 11:35

Nétoiile a écrit:
la photo avec le carton fut l'un de mes meilleurs fou rires :rire2:

Ils sont livrés par 2 :rire2: (l'idée est bonne mais la réalisation ... :doute: )
Revenir en haut Aller en bas
Nétoiile

Nétoiile

Féminin
Messages : 21563
Points : 26000
Date d'inscription : 10/04/2010

Âge : 24
Localisation : Nice

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptyDim 7 Déc 2014 - 15:37

Ah parce qu'il y a une idée derrière ? :rire: omg
Revenir en haut Aller en bas
meliane

meliane

Féminin
Messages : 5744
Points : 9506
Date d'inscription : 19/08/2010


[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptyVen 12 Déc 2014 - 4:11

Pour le carton, livraison Amazon spécial fête 2 pour le prix d'un. :gni:
Tom à du poil autour des tétons.

Bill moche je n’aurais jamais cru lire ça ici, un scoop :ouch: . Et il est vrai que cette teinture blonde c'est très bof.
Revenir en haut Aller en bas
axia

axia

Féminin
Messages : 12119
Points : 20585
Date d'inscription : 11/02/2010

Âge : 38
Localisation : en haut à droite; près de leur pays ou bien à Perversland

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptyDim 14 Déc 2014 - 20:27

Après des années d’exil, les Tokio Hotel sont de retour en tournée et le milieu de la culture pleure. Finissons-en avec cette hypocrisie. Un (tendre) hommage au groupe le plus célèbre d’Allemagne.
Bill et Tom Kaulitz sont la bête noire des berlinois à la mode, qui passent leurs après-midis sur les blogs de design et pensent devoir boire du café filtre. Tokio Hotel, ce n’est bien sûr pas bon. Ce n’est pas cool et provincial. Ici, à la rédaction, nous ne sommes pas du même avis.
Il n’est pas nécessaire de comparer immédiatement le groupe avec les Beatles, comme l’a fait « Der Spiegel », pour reconnaître que leur montée depuis la province allemande jusqu’au succès international a été exceptionnelle et rapide. Leur style, spécial encore aujourd’hui, leur est en tout cas propre, et n’est pas le résultat d’une stratégie marketing. Et pour ma part, je n’ai encore jamais été dans une chambre d’hôtel hors de prix avec deux jeunes de 25 ans si agréables et réfléchis, à discuter de musique et de la vie.
La situation présente des frères Kaulitz, vivant à L.A., est classique de la musique pop : se rendre de la périphérie à la grande ville, pour y être libre. Dans ce schéma, qui peut sembler usé, se trouve toujours une grande force. Cela résonne dans le titre du nouvel album de Tokio Hotel, « Kings of Suburbia », qu’ils ont produit eux-mêmes en presque six ans, et cela se montre dans leur humilité vis-à-vis de leur gloire.
Au début de l’automne, Universal nous invite pour une interview dans le « Ritz-Carlton » de Berlin. Devant la porte se trouve un groupe de curieux qui dévisagent avec envie tous ceux qui sont autorisés à entrer dans le foyer de l’hôtel. Le chemin vers la suite aménagée pour la presse passe par de longs couloirs sans fenêtres. Bill et Tom Kaulitz sont assis et regardent par la fenêtre, décontractés, l’atmosphère est détendue. Une discussion sur leur enfance dans la province, la liberté et la vie dans une métropole.
À la question d’une journaliste : « Avez-vous eu une jeunesse normale ? », vous avez répondu : « Oui, bien sûr. » C’est difficile à croire.
Bill Kaulitz : Ce n’est qu’au cours de notre carrière que nous avons remarqué que ce n’était pas le cas. Quand nous avions 15 ans, notre premier single « Durch den Monsun » est sorti et a eu beaucoup de succès, ce à quoi nous ne nous attendions pas du tout. Nous n’avions pas de projet à l’époque, et nous sommes tout à coup devenus célèbres durant les vacances d’été. Nous avons simplement réagi à cela.
Tom Kaulitz : Au début, c’était génial. Puis, quand on grandit, on remarque qu’il n’y a pas de vie en-dehors de cette bulle. Hier, nous voulions passer au bar de l’hôtel, et en quelques secondes, des milliers de personnes étaient devant la vitre. Le barman a fermé les rideaux et après un moment nous étions à nouveau seuls dans le coin, comme au zoo. Quand c’est comme ça, tu ne vis plus les expériences de la vie normale.
Beaucoup de célébrités ne remarquent cela que trop tard, et se réveillent alors alcooliques à 40 ans dans un bar d’hôtel.
Bill Kaulitz : C’est vrai, il y a des collègues qui acceptent cela et ne veulent plus rien d’autre. Pour nous aussi, notre équipe est devenue notre famille, nos amis les plus proches.
Tom Kaulitz : C’est notre zone de confort. Quand on voit cela de l’extérieur, on se demande : de quoi se plaignent-ils ? Mais nous avons l’intention de faire de la musique toute notre vie. Et si l’on veut avoir une vie saine en faisant cela, il faut trouver un équilibre. Comme Rammstein, par exemple. La moitié du groupe a une vie de famille normale à New York, ils sont pères de famille. Et quand ils partent en tournée, ils sont alors de vrais rockers.
Lorsque vous êtes à l’époque devenus célèbres du jour au lendemain, votre look est devenu, non pas mainstream, mais relativement convenable. Était-ce un problème ?
Bill Kaulitz : J’ai bien sûr provoqué avec mon look, quand j’étais jeune. J’allais comme ça à l’école et j’ai toujours eu des confrontations avec les élèves comme avec les professeurs. D’une certaine manière, je recherchais cette provocation pour faire passer un message. Ce sentiment de liberté et cette autonomie sont pour moi les choses les plus importantes dans la vie. Je ne laisse personne me dire que les hommes ne peuvent pas porter de chaussures à talons, du vernis, ou du mascara. Mais je reviens à ta question : j’ai lu aujourd’hui un commentaire au sujet de notre apparition dans « Wetten dass… ? » : « La femme qui n’a pas de poitrine ». Cela me désignait. Cela m’est bien évidemment égal. Mais mon look suscite apparemment toujours des réactions.
Tom, dans le making-off de votre chanson « Run, Run, Run », il y a ce moment très beau et intime où Bill te maquille. Tu t’es toujours habillé de manière assez inhabituelle, mais Bill a tout de même toujours été plus excentrique.
Tom Kaulitz : Tout à fait.
Est-ce que cela a été un enjeu entre vous ?
Tom Kaulitz : Pas vraiment. Cela s’est fait très tôt. Nous avons toujours été très différents physiquement – déjà à 13-14 ans…
Bill Kaulitz : … il y a déjà eu des problèmes. Tom était à l’époque…
Tom Kaulitz : … ton extrême opposé. J’étais punk et rebelle, je me promenais avec des t-shirts Che Guevara, j’avais des dreadlocks…
Bill Kaulitz : … il était dans sa phase punk, et moi dans ma phase rave-néoprène.
Tom Kaulitz : Et c’était aussi comme ça sur scène : Bill en néoprène, moi en Che Guevara. Et tout le monde se demandait : qu’est-ce que c’est que ce groupe ! Et c’est encore comme ça aujourd’hui.
S’habiller de manière excentrique dans une telle région, ça n’a pas dû être facile.
Tom Kaulitz : Nous avons déménagé de Hanovre à Magdeburg, c’est là que nous avons été à l’école. Dès l’école primaire, nous étions habillés différemment. Magdeburg est une petite ville où les gens ne se distinguent pas par leur grande connaissance de la mode, mais nous étions acceptés. Quand nos parents ont déménagé avec nous dans un village, c’était très difficile, surtout au début.
Bill Kaulitz : C’était vraiment extrême. Je repense souvent à cette période. Quand on est jeune et adolescent, on ne se soucie pas beaucoup de cela, on a une grande assurance. Avec le recul, je peux m’estimer heureux de ne pas m’être fait tabasser en permanence.
Tom Kaulitz : Ça t’est presque arrivé plusieurs fois.
Avez-vous été confrontés à la violence ?
Tom Kaulitz : En tout cas, notre beau-père devait parfois…
Bill Kaulitz : …venir nous chercher avec le chien et la batte de base-ball. Et chaque matin, quand nous montions dans le bus, les gens nous regardaient comme si nous étions des extra-terrestres. Je voulais partir de là dès que possible. C’était clair. C’est ça qui nous a poussé à faire tout ce que nous avons fait. Nous voulions aller dans une grande ville. A Berlin, si possible.
C’est presque classique. Comme le chantaient Lou Reed et John Cale : « There’s only one good thing about a small town, you know you wanna get out. » [« La seule chose positive dans les petites villes, c’est que tu sais que tu veux t’en aller. »]
Tom Kaulitz : Absolument. Nous n’avions pas d’autre souhait. C’est pour cela que nous avons fait des concerts tous les week-ends, nous voulions nous faire connaitre pour pouvoir un jour vivre de la musique.
Comment se passe la distribution des tâches entre vous deux ?
Bill Kaulitz : Concernant le groupe, Tom s’occupe de tout ce qui a trait à la musique. Que ce soit la production dans notre studio personnel à L.A. ou les concerts live. Je m’occupe plutôt de l’aspect visuel, je regarde quelles interviews nous voulons faire et avec qui nous voulons tourner une vidéo ou faire un shooting.
Tom Kaulitz : Dans notre vie privée, je dirais que je suis celui qui est responsable et Bill est plus intuitif. Je dois toujours le conduire partout.
Bill Kaulitz : Notre arrière-grand-père prenait toujours Tom à part et lui disait : « Tom, ne laisse pas Bill rouler en voiture… »
Les deux : « … et fais attention à l’argent ! »
Tom Kaulitz : Il a vécu jusqu’à 104 ans et disait cela jusqu’à la fin. Finalement, il a un peu raison.
Vous ne vous en sortiriez pas tout seul ?
Tom Kaulitz : Non, nous nous complétons.
Bill Kaulitz : Mais je dois dire que Tom est encore moi autonome que moi.
Tom Kaulitz : Je crois que c’est ce dont Bill essaye de se persuader.
Bill Kaulitz : Non, c’est vrai ! Tous nos amis le disent.
Tom Kaulitz : Ils ne le disent que parce qu’ils trouvent ça drôle.
Bill Kaulitz : C’est vraiment mignon. Il ne fait absolument rien sans moi. Je vais parfois seul quelques jours à New York. Mais dès que mon avion atterrit, j’ai déjà 20 sms de Tom : « Alors ? Tu es bien arrivé ? Envoie-moi des photos. La prochaine fois, je viens avec toi. »
Tom Kaulitz : Bien sûr, parce que je me fais du souci. Il interprète ça comme si je ne pouvais pas me débrouiller sans lui. Mais pour moi, c’est plutôt un syndrome du grand-frère.
Bill Kaulitz (rit) : C’est n’importe quoi !
Tom Kaulitz : Je devais toujours m’interposer pour le protéger quand quelqu’un voulait lui faire du mal.
Bill Kaulitz : C’est vraiment n’importe quoi !
Tom Kaulitz : Pourrais-tu simplement être d’accord avec moi !
Vous vous êtes toujours occupés vous-mêmes de votre management, et avez d’ailleurs construit un studio à L.A. C’est une question de liberté pour vous, mais c’est aussi une lourde charge.
Bill Kaulitz : Tout à fait. Mais Tom et moi avons toujours eu une grande gueule. Chez Universal, nous assistions déjà aux réunions lorsque nous avions 13 ans. À 15 ans, nous dirigions dans les faits une grande entreprise. Tu as les avocats, les conseillers fiscaux, les managers, ils sont tous sur la liste des salaires, alors tu dois assumer ces responsabilités. Cela peut évidemment être très fatiguant. Mais au moins, quand quelque chose ne va pas, je sais qui est responsable.
Après des années de tournée, vous avez déménagé il y a quelques temps à L.A. Pouvez-vous nous décrire votre première impression de cet endroit ?
Bill Kaulitz : Les premières fois que nous sommes allés à L.A., nous nous disions : « Génial, des vacances. » Mais pour moi, c’est une ville dans laquelle il vaut mieux vivre quand on a son travail derrière soi, quand on veut juste se reposer.
Tom Kaulitz : C’est comme ça à L.A. : tu te lèves, tu rencontres des amis, et des amis d’amis, et tous commencent par te raconter leur réussite et leur succès. Il n’y a pas de ville plus orientée vers le succès que L.A. Chacun donne les noms des personnes célèbres qu’il connaît.
Bill Kaulitz : Quand on se rencontre, on commence par comparer les abonnés Twitter, les amis Facebook, les « likes » sur Instagram. Nous restions toujours tranquillement assis, espérant que personne ne nous adresse la parole.
En quoi la ville vous a-t-elle influencés au niveau visuel ?
Tom Kaulitz : J’affirme toujours haut et fort que la ville ne nous a pas influencés. Mais bien sûr, on se réveille autrement là-bas. Le soleil brille tous les jours. Ciel bleu et palmiers en permanence.
Bill Kaulitz : Mais L.A. n’est pas une ville de la mode. Cela me dérange beaucoup. Tout le monde se promène en tongs, shorts et débardeur. Il faut faire attention à ne pas trop ressembler à L.A., après un moment. New York est une plus grande source d’inspiration à ce niveau-là.
En Allemagne, celui qui s’intéresse à la mode est encore souvent considéré comme stupide ou superficiel.
Bill Kaulitz : Alors que la mode est quelque chose de très important. Pour moi, elle va de pair avec la musique. La mode nous influence. Quand je compose mon look, cela me met dans une humeur bien particulière. Mais cela ne doit jamais être un déguisement. C’est très important. C’est pour ça que Georg (Listing, bassiste) et Gustav (Schäfer, batteur) ne portent pas de vêtements bizarres, ça n’irait pas. Gustav ne s’intéresse pas du tout à la mode.
Tom Kaulitz : Et pour Georg, le plus important est que le t-shirt ne soit pas trop long, parce qu’il frotterait alors sur sa basse quand il joue.
Vous avez travaillé presque 6 ans à votre album actuel. Comment votre musique a-t-elle évolué durant cette période ?
Tom Kaulitz : Dans cet album, nous avons beaucoup expérimenté avec le design sonore, les synthétiseurs et les effets. Comment on produit un bon titre, quels sons de basse et de batterie utiliser, quelles sonorités et quel timbre ; c’était passionnant et ça nous a fait beaucoup progresser. Depuis le début, nous avons presque tout appris par nous-mêmes. Aucun d’entre nous n’a appris son instrument de manière professionnelle, aucun ne lit les notes. Quand j’avais sept ans, j’ai pris la guitare et j’ai joué à l’oreille, d’après mes sensations. J’ai souvent l’impression que tous ces professionnels en savent trop. Et tout ce savoir peut aussi être un obstacle.
Bill Kaulitz : C’est comme ça que la musique se démode très vite.
Cela se rapproche de l’attitude des musiciens allemands du début des années ’80. Des batteurs comme Robert Görl de DAF ont dit : oui, nous sommes allés au conservatoire, et maintenant nous devons oublier tout cela.
Tom Kaulitz : Oui, exactement ! Sinon, cela devient trop technique.
Bill Kaulitz : J’ai pris quelques fois des cours de chant. Mais j’ai toujours abandonné après la première heure. Cela devenait : « Sur scène, il faut être comme dans une boîte. » Et tu es là et tu te dis : « Quoi ? J’ai une si grosse veste et je cours de gauche à droite, je ne peux pas être comme dans une… »
Les deux : « … boîte ! »
Même dans la mode ; on a l’impression que les photographies de mode sont de moins en moins retouchées.
Bill Kaulitz : C’est vrai. On a poussé les choses sans cesse plus loin, mais il arrive un moment où on doit arrêter. Sinon, nous allons tous devenir des robots et tout sera artificiel.
Tom Kaulitz : Les gens nous le reprochent souvent, disant que le nouvel album est entièrement électronique, qu’il n’y a plus rien de pur. Mais jouer d’un synthétiseur n’est pas plus facile que jouer d’une guitare. Et une guitare n’est pas forcément plus naturelle qu’un synthé.
Subissez-vous encore la pression de devoir être numéro un des classements ?
Bill Kaulitz : Nous sommes plus détendus aujourd’hui, nous en sommes déjà à notre quatrième album.
Tom Kaulitz : Pour nous, c’est plutôt la somme des placements qui compte. Le plus important pour moi est de travailler longtemps sur l’album. Il nous a demandé beaucoup d’énergie. J’aimerais donc en profiter le plus longtemps possible.
Bill et Tom Kaulitz (1989) ont fondé en 2001 le groupe Tokio Hotel. Leur nouvel album « Kings of Suburbia » est sorti chez Universal.

Traduction par *Elena* pour le FC Officiel français

(jstl si t'as le temps de relire stp :ange: )
Revenir en haut Aller en bas
Hannah

Hannah

Féminin
Messages : 947
Points : 1414
Date d'inscription : 06/12/2010

Âge : 31
Localisation : Bordeaux

[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  EmptyMar 16 Déc 2014 - 1:05

itw vraiment intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty
MessageSujet: Re: [scan DE 2014] L'Officiel Hommes    [scan DE 2014] L'Officiel Hommes  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[scan DE 2014] L'Officiel Hommes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [scan DE 2014] Germanwings
» [scan DE 2014] Mate Magazine #43
» SITE OFFICIEL FENDER / GRETSCH
» L'ouverture du forum : accord officiel de Florent
» [Scan FR 2007] Public #231

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TokioHotel-Live.com :: Tokio Hotel | Médias :: Presse :: Presse Internationale-
Sauter vers: