News  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  









Partagez | 
 

 [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)

Aller en bas 
AuteurMessage
axia

avatar

Féminin
Messages : 12119
Points : 20585
Date d'inscription : 11/02/2010

Âge : 37
Localisation : en haut à droite; près de leur pays ou bien à Perversland

MessageSujet: [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)   Ven 3 Oct 2014 - 14:58



Dernière édition par axia le Sam 11 Oct 2014 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
axia

avatar

Féminin
Messages : 12119
Points : 20585
Date d'inscription : 11/02/2010

Âge : 37
Localisation : en haut à droite; près de leur pays ou bien à Perversland

MessageSujet: Re: [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)   Sam 11 Oct 2014 - 14:40


Citation :
Interview: Il est temps que nous parlions

Bill: Vivre à LA a été très différent pour nous, déjà simplement en ce qui concerne nos conditions de vie et notre vie privée. Nous pouvons faire des choses simples, des choses normales, simplement sortir nos chiens, aller boire un café ou prendre le petit-déjeuner ou le déjeuner quelque part ; juste sortir, et faire des trucs sympas et normaux.
Tom: C’est une des raisons principales pour lesquelles nous sommes venus à LA.
Bill: C’était la folie en Allemagne, avant qu’on vienne ici. C’était devenu incontrôlable. Au début, nous avons essayé de gérer tout ça, et de toute façon nous travaillions tellement que nous n’y faisions pas vraiment attention, et nous n’avions pas d’expérience concernant ce genre de situation. En tournée, tu es surveillé par la sécurité et ton équipe, tu travailles tout le temps et tu ne sais pas ce qui se passe hors de ton hôtel, ou de ta chambre, parce que tu es toujours occupé.
Tom: Et tu t’en fiches…
Bill: Oui, on s’en fichait, parce qu’on travaillait. Mais dès qu’on rentrait chez nous, et qu’on essayait d’avoir une vie privée, on s’est rendu compte que c’était quelque chose qu’on ne pouvait plus avoir. La dernière année était complètement dingue, nous avions la sécurité avec nous 24h/24. Et c’est devenu vraiment déprimant. Des gens entraient par effraction dans notre maison, il y avait des photographes partout… Ça a complètement dégénéré ! Tom et moi n’allions vraiment pas bien. Nous étions tous les deux arrivés au point où on se disait : « Ok, on doit faire quelque chose, parce qu’on ne peut plus profiter de la vie. »
Tom: Oui, tu ne peux plus profiter de la vie, et en même temps tu commences à t’interroger sur la carrière également ; si c’est le prix à payer pour avoir tout le reste, tu commences à mettre en question toute ta vie. Tu te demandes si c’est ce que tu veux ; quand nous avions 20 ans, nous nous demandions « Le reste de ma vie sera comme ça ? Je vais passer ma vie dans une chambre d’hôtel et ne rien pouvoir faire sans avoir les journaux qui en parlent, et des gens qui me suivent ; je ne peux même pas mettre de l’essence dans ma vieille voiture sans avoir des caméras pointées sur moi ? » Et tu commences à tout remettre en question et – et c’est le plus effrayant – tu deviens très négatif à propos de tout. C’est à ce moment-là qu’on s’est dit qu’on devait vraiment…
Bill: … changer ça.
Tom: Oui, nous devions changer ça, sinon… J’étais arrivé à un point où je me disais : « Je ne veux même plus faire tout ça. Si c’est le prix à payer, je vais déménager en Thaïlande au bord de la mer et profiter du reste de ma vie sans avoir de caméras autour de moi. »
Bill: Oui… Nous avions tous les deux des problèmes avec cette situation, mais je me rappelle d’une période où Tom est venu vers moi et m’a dit : « Ecoute, je ne sais pas si je veux continuer à faire ça. Je peux jouer la guitare en studio, je peux aller avec vous en studio, pour le groupe, et avec toi, mais peut-être que vous devriez trouver quelqu’un d’autre qui peut rejoindre le groupe. » Et je lui ai dit : « Tu es fou ? Je ne pourrais pas faire ça sans toi ! »
Tom: Evidemment, Bill m’a dit « Tom, tu es le groupe », et il avait raison, bien sûr…
Bill: J’étais arrivé à ce point également, nous n’allions tous les deux pas bien. Nous nous sommes dit que nous avions besoin d’une pause, de nous éloigner de tout ça, y compris de notre carrière et du groupe. Je ne pouvais plus entendre le nom du groupe, je ne pouvais plus entendre les chansons, je ne voulais plus cette carrière ; nous voulions une vie privée, nous voulions simplement profiter de la vie pendant un moment. Donc nous avons dit : « Ok, nous voulons faire une pause, nous ne voulons plus être sous le feu des projecteurs, nous voulons profiter de notre vie privée et nous voulons quitter l’Europe. » Donc…
Tom: C’est ça et plusieurs autres choses qui sont entrées en compte. L’aspect créatif était important pour nous, c’est pourquoi nous avons fait une si longue pause. Mais la raison principale, ce sont les gens qui nous disaient : « Vous êtes complètement fous, pourquoi faites-vous une pause si longue, ce n’est pas comme ça que ça marche, dans l’industrie de la musique », et nous répondions : « On en a rien à foutre, on veut vivre. » Nous étions à cette période où on commence à grandir ; nous avions 19 ans, 20, 21. Et nous nous sommes rendu compte que tout ce que nous faisions, c’était être avec notre responsable de tournée.
Bill: Quand tu es adolescent – comme lorsque nous avons lancé notre carrière – tu ne réfléchis pas vraiment à ça, parce que tu n’as pas de vie privée. Nous étions à l’école, puis nous sommes devenus célèbres, et c’était juste sympa. Mais après, quand tu grandis, tu veux d’autres choses, et les choses qui t’intéressent et sont importantes pour toi changent. Puis tu commences à remettre tout en question ; et nous nous sommes dit que c’était vraiment trop dangereux pour notre travail créatif.
Tom: Aujourd’hui, je pense qu’il s’agit de trouver le juste milieu. Je ne veux plus jamais avoir cette vie où nous sommes sur la route 365 jours par an, où nous ne rentrons jamais chez nous et où nous n’avons pas de vie privée. Nous n’allons pas continuer ainsi. Bien sûr, nous allons enregistrer des albums, nous allons nous voir avec le groupe, nous allons faire des tournées pendant des mois, et tout ça. Mais il s’agit vraiment de trouver le juste milieu ; nous l’avons complètement perdu par le passé, donc…
Bill: Nous essayons de trouver un équilibre ; c’est la première fois que nous tentons ça, avec cet album, donc nous verrons bien si ça marche. Bien sûr, nous avons tous été marqués par notre passé ; c’est quelque chose qui fait partie de nous, de ce que nous sommes aujourd’hui. Mais nous sommes évidemment très excités ; c’est tout ce que nous voulons faire. Tom et moi ne pourrions pas imaginer faire autre chose que de la musique. C’est ce que nous faisions quand nous étions enfants, et nous le faisons toujours aujourd’hui.
Tom: C’était une bonne expérience pour nous également. Parce que quand tu fais une pause pendant 4-5 ans, il pourrait arriver que l’un d’entre nous fasse autre chose, par exemple lancer sa propre entreprise, ou faire de la réalisation, etc. Tu peux faire tout ce que tu veux ! Et nous n’avons fait rien d’autre que de la musique. Nous avons juste fait de la musique toute la journée, chaque jour, pendant des années. Et tu commences à te rendre compte que, même si tu grandis, c’est ça que tu veux faire.
Bill: C’est pour ça que tu es ici.
Tom: C’est pour ça que tu es ici, oui…

Bill: L’année dernière, plus ou moins à cette époque – je pense que c’était en mai 2013 –, nous étions prêts à sortir l’album. La maison de disque avait entendu les chansons, on avait…
Tom: Tout le monde était en train de faire des projets.
Bill: Tout le monde faisait des projets, on était sur le point de prévoir des concerts, on avait déjà des éléments de promotion qui se préparaient, des émissions de TV,… Tout le monde se préparait, l’équipe était excitée, tout le monde voulait sortir l’album… Puis, à la dernière minute, on a dit non… Donc on est retourné en studio… Mais ce que je veux dire, c’est que ce n’est même pas les autres qui nous ont freinés ; je pense que nous sommes les critiques les plus durs pour nous-mêmes. Nous sommes donc retournés en studio. Je ne le sentais pas, je pensais que nous avions besoin de plus de chansons…
Tom: Ce n’est pas tellement qu’on a dit non, mais on est retourné en studio et on a continué à écrire…
Bill: Et des choses géniales se sont produites. Nous étions dans le studio et nous avons enregistré des choses excellentes, et je me suis dit « Ok, ces chansons que nous écrivons sont vraiment puissantes, et je veux continuer à écrire ». Je voulais continuer, parce que des choses incroyables étaient en train de se passer !
– Nous avions une vie tellement différente et j’étais vraiment inspiré par nous en tant que jeunes. Nous avons déménagé aux Etats-Unis quand nous avions 20 ans. Et au début, nous sommes devenus complètements dingues ; nous le sommes encore maintenant, d’ailleurs. J’adore être avec les gens, j’adore sortir, et j’étais très heureux que beaucoup de gens ne me connaissaient pas et que je pouvais faire ce que je voulais. Je n’avais jamais vécu ça auparavant, parce que depuis que nous avons eu 15 ans, nous ne pouvions pas le faire. Donc c’était une expérience totalement nouvelle ; et l’album, les textes, tout est inspiré par ça. Et en cinq ans, tellement de choses se passent, on rencontre tellement de personnes; on tombe amoureux, on cesse d’être amoureux ; il y a tellement de choses… Cinq ans, ou quatre ans, peuvent…
Tom: … changer la vie…
Bill: Ils peuvent changer la vie, oui. Beaucoup de choses se sont passées, et je pense que l’album reflète cela. On a tout changé un peu. On a changé le logo du groupe, le design et le graphisme de la pochette de l’album; on a été très précis dans ce qu’on voulait.
Tom: Entre temps, on a même pensé à changer le nom du groupe, Tokio Hotel, en Tom’s Band [“Le groupe de Tom”], juste Tom, ou Tom and the Band [“Tom et le groupe”].
Bill: Je pense que tout le monde peut se rappeler du genre de musique qu’il écoutait et qu’il voulait faire à 15 ans. Mais bien sûr, c’est tellement différent quand tu as 24 ans. Notre style et notre goût a beaucoup changé, comme pour tout le monde. Et même pendant ces cinq ans. Donc je pense que notre son a beaucoup changé. Une grande partie des paroles et des sons sont influencés par la vie nocturne ; en Europe, mais aussi aux Etats-Unis. C’est énormément inspiré par la musique « house », les DJs et ce genre de choses. Nous avons mélangé cela avec l’ancien Tokio Hotel, nous voulions créer notre propre style.
Tom: Les gens diront surement « Wow, ils ont beaucoup changé », mais c’est naturel.
Bill: Nous ne nous sommes pas forcés à faire ça.
Tom: Qu’est-ce qui se passe pendant cinq p** d’années ? Quand tu fais de la musique en permanence, chaque jour, ça change ; la vie change…
Bill: Oui. Il y a tellement de choses…
Tom: Et tout à coup, Bill a une barbe.
Bill: Bien sûr que c’est un nouveau son. C’est très différent de ce que nous faisions auparavant.
Tom: En fait, même si ça semble stupide – et je déteste quand les gens disent ça, parce que c’est tellement évident et stupide, c’est un concept de marketing – quand les gens disent « C’est l’album le plus personnel que nous ayons jamais fait. » Mais c’est vrai. Nous n’avons jamais écrit autant de chansons et travaillé aussi dur sur un album avant. C’est notre album, nos chansons, chaque son est le nôtre… Donc oui, c’est vraiment très personnel. Mais ça sonne bien, donc on devrait peut-être l’essayer.
Bill: Pour cet album, nous voulions simplement faire le meilleur disque possible. Je ne voulais rien regretter quand on le sortirait ; je veux juste sentir que c’est le meilleur album que j’aurais pu faire. Et je pense que c’est le cas. On verra ce que les gens en disent ! Mais nous n’avons jamais eu autant de temps pour faire un album, parce que nous en sortions chaque année, ainsi que des chansons, et nous étions en tournée, nous étions tout le temps sur la route. Mais ce que je veux dire, c’est que parfois, quand tu n’as pas beaucoup de temps, tu n’y réfléchis pas. Nous sortions en permanence des chansons et nous n’avions pas le temps d’analyser tout ça, ce qui est parfois bien. Mais pour cet album, c’était complètement différent. Nous l’avons produit et écrit ; c’est la première fois que nous faisons réellement tout. Pas vrai, Tom ?
Tom: Je fais tout, oui !
Bill: Je le fais avec toi !
Tom: Il chante à côté de moi, donc ça va.
Bill: C’est la première fois et nous voulions prendre le temps pour ça. Et bien sûr notre goût a changé, et il y a tellement de choses que personne d’autre ne peut faire pour toi. Il y a évidemment de bons producteurs, mais parfois tu dois faire les choses toi-même, de la manière que tu veux pour avoir exactement le son que tu veux. Même avec les enregistrements vocaux. Au début, j’enregistrais le chant avec des producteurs, mais après un moment, nous nous sommes dit : « Nous devrions le faire nous-mêmes ». Cela prend tellement plus de temps d’expliquer aux gens notre vision ; et je sais très précisément à quoi je veux que le chant ressemble et parfois c’est difficile pour d’autres personnes de capter cela. Donc nous avons juste décidé de faire cet album nous-mêmes. Nous nous sommes dit : « Ok, nous allons faire la production vocale, Tom enregistre chaque chanson,… » Mais c’est un p** de travail ! Beaucoup de gens ne savent pas ça, mais cela prend énormément de temps de produire et éditer soi-même ; normalement tu as une équipe de cinq personnes et chacun fait un truc différent, donc tu peux terminer quelque chose en une semaine. Mais si tu le fais toi-même, ça prend beaucoup de temps.
Tom: Il y a beaucoup de chansons de ce CD que nous avons écrites… – et c’est totalement différent de la manière dont on écrivait avant… Sur les anciens CD, nous commencions simplement à jouer ; nous avons acheté une maison en Espagne où nous sommes allés avec le groupe, et nous avons beaucoup joué et avons écrit quelques chansons, etc. Pour certaines chansons, je jouais simplement quelque chose sur ma guitare acoustique et Bill essayait de créer quelque chose par-dessus. Pour cet album, c’était différent, parce que nous avons écrit la plupart des chansons à partir de la musique. Ce n’était pas le cas pour tous les morceaux, mais la plupart du temps, je créais quelque chose, un rythme, une ligne mélodique au synthétiseur, ou une ligne de basse, et je créais la piste musicale instrumentale. Puis je la montrais à Bill en premier, et s’il l’aimait bien, nous jouions avec l’instrumental et écrivions la chanson à partir de la musique. Et c’est complètement différent si tu écris des paroles basées sur un morceau musical, ou si tu prends le groupe et que tu commences à jouer. C’est la grande différence de cet album par rapport à tous les autres, non ?
Bill: Oui.
Tom: Et la plupart du temps, j’ai le sentiment que si je commence quelque chose, je sais non seulement que c’est génial, mais aussi qu’ils vont l’adorer. Donc la plupart du temps il n’y a même pas de question. Si je sais que c’est un bon riff – comme par exemple dans « Covered in Gold », c’est très simple, juste trois accords, mais je sais que ça sonne vraiment bien, le synthétiseur, tout est génial – et je sais qu’ils vont l’aimer aussi.
[Bill : Non, non, non, non…]
Bill: Je ne peux pas me forcer à m’asseoir et être créatif. Tom peut le faire ; il a son programme, son rythme, il se dit : « Ok, aujourd’hui je vais en studio », et il s’installe là pendant des heures et des heures, et travaille sur une chanson. Et j’ai une idée très claire de ce que je veux et ce que je ne veux pas, donc parfois il arrive que Tom travaille sur un morceau pendant des heures, ou des jours, et j’entre dans le studio, je l’écoute, et je dis « Non »…
[Tom : Mais qu’est-ce que tu ne trouves pas bien?!]
Bill: La différence entre Tom et moi, c’est qu’il est très patient ; il peut s’asseoir dans le studio et tenter de tout comprendre. Il sait jouer de tous les instruments; et s’il ne sait pas, et qu’il veut jouer de quelque chose, comme par exemple ce p** de space drum qu’il a trouvé, tout d’un coup il s’est dit : « Oh mon Dieu, ça a l’air intéressant ! ». Je ne ferais jamais ça, je déteste essayer de comprendre les choses. C’est pour ça que je ne joue pas d’un instrument ; si je prends une guitare et que je n’arrive pas à en jouer dans cinq minutes, je ne vais pas continuer. Je suis très paresseux, je dois l’avouer. Je suppose que c’est pour ça que je suis le chanteur, parce que ça me vient naturellement. Je n’ai jamais eu de cours de chant, ou de coach vocal… Je voulais faire ça depuis que j’ai six ans. C’est ça la différence. Tom et moi, on sait exactement ce que l’autre sait faire. Il y a tellement de choses que Tom sait faire et que je ne sais pas ; et je n’essaye même pas, parce que je sais que Tom peut s’en occuper. Il sait exactement comment produire, et où trouver les bons sons ; je lui dis ce que je veux et je sais qu’il le trouvera et le fera. Il est capable de trouver et produire ce que je veux.

Tom: Pour cet album, Bill et moi avons écrit la majorité des paroles. C’était comme ça avant aussi, mais cette fois, nous avons travaillé sur les chansons et les avons présentées assez tard dans le processus de production à Georg et Gustav, ce qui est assez nouveau. Mais ce qui est bien, c’est qu’ils ont adoré tout ce qu’on a fait. C’était génial. Bill et moi avons commencé le travail, j’ai commencé la production ; j’ai joué un peu de basse, j’ai programmé des lignes de basses, de batterie, etc. Sur les albums précédents, Gustav ajoutait la batterie, c’était son truc, et Georg jouait la basse, donc c’est lui qui créait tout ça. Ils ont leur propre style, alors je leur ai envoyé ce que j’avais fait, pour leur demander si ça leur plaisait. Une fois qu’ils l’ont reçu, ils ont ajouté leurs trucs. On est allés en Allemagne, dans le studio à Hambourg. On y a enregistré la batterie et la basse; je leur ai dit « soyez créatifs, faites ce que vous voulez. » Puis on a fait la production. C’est ce qu’on a fait sur plusieurs chansons, comme « Stormy Weather » ou « Girl Got A Gun ». Elles contiennent de la programmation et des instruments live; et tout ça se met très bien ensemble, c’est exactement le son que je voulais obtenir, c’est cool, c’est vraiment génial! Je pense que chaque chanson qu’on produit en studio, qu’on programme sur ordinateur, a besoin de l’influence des instruments live. C’est ce dont nous avons besoin, parce que nous ne sommes pas des DJs – pas encore, en tout cas – nous sommes un groupe. Je veux avoir cette sensation de groupe dans chaque chanson, et je pense qu’on y est arrivé. C’est génial !
Bill: Ce nouvel album est très électronique, c’est vraiment différent de ce qu’on faisait avant. Mais il y a certaines choses pour lesquelles on a besoin d’enregistrer des instruments live. Donc il y a des choses pour lesquelles il faut aller en studio et enregistrer en live. Et c’est ce qu’on a fait avec Gustav.
Tom: Nous ne voulions pas avoir des instruments et de la musique venant uniquement d’un ordinateur. Donc nous avons dit que nous avons absolument besoin d’enregistrements live de guitare, de basse et de batterie. Et ça a très bien fonctionné. Je pense que nous avons trouvé le bon moyen d’équilibrer ces deux mondes, et c’est génial.
Bill: Et bien sûr, ce que nous allons faire plus tard, quand nous arrangerons les chansons pour les performances live, ce qui est un tout autre travail… – Je pense que beaucoup de gens ne savent pas ça, mais quand tu prépares un concert live, ou une performance, que ce soit à la télé, pour de la promotion, ou pour un vrai concert, c’est un processus complètement différent. Nous allons ensemble en studio et nous ré-arrangons les morceaux pour créer une différente version pour le live. Il y a certaines choses que tu ne peux pas faire avec un instrument live, et d’autres que tu ne peux pas programmer, et qui doivent donc être live… Et il faut toujours trouver la meilleure manière de le faire ; c’est ce que nous avons fait avec le dernier album, mais ça va demander plus de travail cette fois-ci parce que la musique est tellement différente. Mais ça va être génial, nous avons toujours une idée très précise de ce que nous voulons faire en live. Georg et Gustav sont très bons avec leurs instruments, nous jouons ensemble depuis des années ; donc ça va être génial.
– Nous avons travaillé dans plusieurs studios différents. Nous avons plus ou moins commencé en Allemagne, nous avons écrit des chansons là-bas. Nous avons encore travaillé avec notre ancienne équipe, donc les producteurs des derniers albums sont toujours impliqués. Nous avons travaillé dans leurs studios, ils en ont plusieurs. Nous avons travaillé dans notre propre studio chez nous, et à L.A. dans différents studios. Nous avons aussi écrit avec différentes personnes. Il y a donc différents producteurs et paroliers impliqués également, parce que nous voulions avoir un mélange de personnes différentes, nouvelles, et fraîches. C’est pourquoi nous avons rencontré de nouvelles personnes avec lesquelles nous n’avions pas travaillé auparavant.
Tom: Ce n’est parfois pas facile, il faut l’avouer, de travailler avec beaucoup de personnes… Il y a une ou deux chansons pour lesquelles nous avons travaillé avec de nombreuses personnes différentes, parce que les chansons se développent au fil du temps. Tu commences un morceau, tu écris quelque chose, puis tu le montres à quelqu’un d’autre et tu écris un peu avec lui. Et c’est parfois difficile parce que ce sont beaucoup de personnes différentes qui se réunissent, beaucoup d’égos parfois, et beaucoup d’opinions. J’aime beaucoup ça, mais parfois j’aime aussi tout faire moi-même.

Bill: Je suis excité et bien sûr nerveux de partager avec le reste du monde ce qu’on a fait ces dernières années. C’est vraiment passionnant ! Le travail en studio est complètement différent de ce qu’on fait d’habitude, quand on est dehors, à faire de la promotion, à jouer et faire des concerts. Cette ancienne vie va pouvoir recommencer. Et j’ai hâte que l’on commence, ça me manque beaucoup! Ça m’a manqué d’être sur scène.
Tom: Mais c’est bizarre aussi, parce que pendant tout ce temps, nous avons tout gardé secret. Je n’ai pas envoyé les chansons, tout le monde me les demandait, même la maison de disque, tout le monde voulait les morceaux et je ne les envoyais pas, tout restait chez nous en studio. Et tout était tenu secret, les photos qu’on a faites, la musique qu’on a produite,… Et révéler tout ça maintenant, c’est… C’est toujours une sensation étrange… Excitante, mais aussi bizarre.
Bill: Je pense qu’on a tous hâte d’être à nouveau sur la route ensemble et de refaire tout ça. Quand on entend les chansons, on est très excités à la perspective de ce qui nous attend !

Traduction par *Elena* pour les FCs Officiels français et belge
Revenir en haut Aller en bas
slytherin1991

avatar

Féminin
Messages : 150
Points : 307
Date d'inscription : 16/08/2014

Âge : 26

MessageSujet: Re: [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)   Lun 13 Oct 2014 - 19:30

Merci, j'en ai les larmes aux yeux...
Beaucoup devrait voir cette interview.
Revenir en haut Aller en bas
MARMOTTE
Modératrice & Traductrice
avatar

Féminin
Messages : 12465
Points : 18469
Date d'inscription : 30/07/2007

Âge : 38
Localisation : côte d'azur près des avions...

MessageSujet: Re: [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)   Dim 19 Oct 2014 - 2:53

Ça m'a foutue à plat :=):
Cette confession malheur !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [vid 2014] The Intimate Interview 'Time That We Have the Talk' (bonus dvd)
» Février 2014 Couverture et Interview dans le Psychologie (fr)
» [Livre] Remember the Time: A True Intimate Look at Michael Jackson
» 03/06/2014 Mawazine l'Emission: Interview exclusive avec Stromae
» Interview U-KISS World vol. 27 - Potato Magazine July 2014 Issue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TokioHotel-Live.com :: Tokio Hotel | Médias :: Vidéos-
Sauter vers: